Présentation

       Retraite / Atelier

       La sagesse amérindienne   

       Emissions TV / Radio

       Les Amérindiens et le
          Christianisme

       La cérémonie du loup,
          par J.Languirand (Québec)

       Lettre Testament

       Place de la femme
          dans les Premières Nations

       Le chamanisme

       Que représente Jésus
           pour Don Marcelino


       Les Amérindiens et les sectes

       La force de la prière   

       Stop à la destruction de la Terre

       Le droit des Animaux

       Contact 

      

 

Don Marcelino au Québec

 

    

 


Bonjour Québec !

.

 

 


Mes premiers pas sur le sol québécois furent à l’origine de belles rencontres :

Le peuple premier de souche canadienne (amérindien), les descendants d’émigrés européens ou d’autres nationalités, arrivés sur cette magnifique terre qu’est le Canada, rencontres faites lors des conférences ou entretiens à Drummonville, Sherbrooke, Montréal, St Adèle, St Ephrem, Québec

Mes frères amérindiens, c’est dans les réserves que je les ai retrouvés, comme Nicole Bonsawin, Patrick Cote, Dominique Raquin.

Les journalistes Eugène Francoeur et le sage Jacques Languirand, ainsi que Line Blouin, art-thérapeute, qui s’est chargée de l’organisation de mes conférences et a été prise pour mon attaché de presse.

Mon éditrice Louise Courteau, présente à l’une de mes conférences programmée par Richard Glenn, et aussi Ginette Bouchard dont j’ai pu faire la connaissance.

J’ai eu l’opportunité de voir un bébé bison blanc qui représente pour les Indiens d’Amérique du Nord la prophétie du changement de l’humanité.

J’ai également participé avec les Amérindiens au rituel du calumet de la paix symbolisant la rencontre de l’aigle et du condor. 

Mes personnages inoubliables du Québec 

A Montréal, j’ai rencontré une femme d’une cinquantaine d’année, catholique pratiquante qui m’a dit ceci :

  - L’unique chose qui perturbe ma foi et que je ne peux admettre, est que Dieu a laissé son fils unique et bien-aimé, être torturé et assassiné sur la croix pour qu’il nous sauve de nos péchés, comme  l’Eglise nous l’enseigne, et que Dieu n’a rien fait pour sauver son enfant.

Moi aussi j’ai un enfant, mais jamais je ne l’enverrai faire la guerre en Irak ou en Afghanistan, et que son corps soit déchiqueté par une bombe. Comment a-t-Il pu agir ainsi ?  

Voici ma réponse :

 -  Ne vous préoccupez pas de ce que dit l’Eglise au sujet du péché originel, laissez cela aux théologiens. Il est nécessaire que vous trouviez cet Homme du futur appelé Jésus que je considère, moi Amérindien non chrétien, comme un frère, qui malheureusement a été assassiné par le pouvoir politique, économique de son époque. Cette crucifixion de Jésus, faite pour effacer le pêché originel, a créé dans la civilisation judéo-chrétienne la culpabilité car l’église dit : « Vous êtes nés dans le pêché ». 

Pouvez-vous me donner un exemple de culpabilité me dit-elle? 

En accord avec la Tradition amérindienne, nous nous sommes incarnés sur la planète Terre pour expérimenter la Vie; il n’y a pas de culpabilité, nous avons le droit à l’erreur car nous ne savons pas tout.

Deuxième rencontre

C’est avec beaucoup d’émotion qu’une femme médecine amérindienne de 50 ans m’a raconté son histoire :

- Je me suis cachée dans ma maison pour ne pas être conduite à l’école des missionnaires blancs pour devenir « civilisée » : défense de parler sa langue, obligation de s’habiller comme les Européens… Tous mes frères et sœurs ont été kidnappés pendant que mes parents travaillaient au champ et maintenant nous apprenons que les petites filles et les petits garçons ont été victimes de missionnaires pédophiles catholiques et anglicans. 

Troisième rencontre

Je fus invité à donner une conférence dans un centre qui s’intéresse à l’ufologie. Deux cents personnes étaient présentes, toutes passionnées par les soucoupes volantes et les extra-terrestres.

J’ai commencé ma conférence en disant que nous sommes tous des extra-terrestres ayant perdu la mémoire au moment de l’incarnation et que nous sommes sur cette planète Terre pour expérimenter la vie humaine. L’auditoire est resté silencieux, impassible et j’ai continué en disant que pour les Amérindiens, depuis des millénaires, nous croyons que nos frères des autres dimensions nous rendent visite et nous observe dans notre évolution.

J’ai constaté que toutes ces personnes ont écouté un Amérindien avec beaucoup de respect.